Archive mensuelle janvier 2018

ParMarie Molandre

Portes blindées, alarmes… Ce qui repousse ou pas les cambrioleurs

C’est la fin de l’année et c’est le moment de faire des bilans. Concernant le domaine de la criminalité, les chiffres démontrent que le taux de cambriolage n’a pas baissé, au contraire, on compte entre l’année précédente et cette année un nombre plus important de cambriolages. D’après l’ONDRP, il existe des facteurs pouvant être à risque et d’autres étant des moyens de protection.

Les facteurs de risque de cambriolage

D’après les études qui ont été réalisées, certaines raisons sont soulignées pour expliquer le nombre grandissant de cambriolages. Vivre dans une zone isolée est un des plus grands facteurs de risques. D’après la société Sepiaa, les logements les plus vulnérables sont ceux situés dans des zones éloignées du reste de la localité ainsi que les rez-de-chaussée. De même, les quartiers isolés sont également très touchés. L’isolation ou le faible taux d’habitation peut attirer les malfaiteurs qui recherchent le moins d’attention possible.

Le quartier est également un paramètre dans la détermination du taux de risque. Si vous habitez ou allez habiter dans un logement situé dans une zone ayant déjà subi des cambriolages, vous pouvez être également être concerné. Par exemple, si le quartier présente des murs tagués ou un grand nombre de bars ou de zones de « squats » pour les voyous, vous avez de grandes chances d’être cambriolé.

Le faible niveau de protection d’un logement est également un problème. Les portes d’entrée et fenêtres non renforcées peuvent être facilement ouvertes. Il faut désormais avoir un certain niveau de sécurité pour éviter les cambriolages. Les maisons les plus vulnérables sont celles qui possèdent plusieurs entrées ainsi qu’un jardin ou une terrasse. Les portes secondaires et les portes vitrées donnant sur l’extérieur constituent un point faible souvent exploité. Malheureusement, celles-ci ne sont pas assez protégées par rapport aux portes principales ce qui fait que le taux de cambriolage reste fort.

Des moyens de protection

Dans la majorité des cas, les cambriolages sont faits par des amateurs qui profitent d’opportunités. C’est pourquoi investir sur un système de sécurité de base mais de bonne qualité réussit à dissuader les potentiels malfaiteurs. Il vous suffit de disposer de portes assez sécurisées avec des serrures certifiées NFA2P. Disposer d’une alarme et d’une porte blindée réduit de plus de 60% le taux de risque.

De même, plus le quartier est fréquenté, moins il y a de risques de cambriolage. Un nouveau mouvement « voisins vigilants » a vu le jour et se répand rapidement. Celui-ci donne des résultats visibles. Les quartiers dans lesquels il a été mis en place présentent un plus faible taux de cambriolages. Les voisins constituent un bon moyen de surveillance de votre logement lorsque vous vous absentez.

Si vous quittez votre domicile pendant une période assez longue, la méthode consistant à faire croire que quelqu’un est toujours présent chez vous marche également. D’après certaines études, celle-ci ferait baisser le taux de risque de 20% environ. Vous pouvez donc demander à une personne de confiance de venir souvent chez vous et d’allumer et éteindre les lumières, de relever votre courrier ou autre.

ParMarie Molandre

Astuces pour obtenir le financement d’un projet immobilier

Investir dans l’immobilier neuf peut assurer plusieurs avantages. En effet, certains frais de l’opération peuvent être moins élevés que pour l’investissement dans l’ancien, d’autant que le bien est plus facile à revendre si c’est nécessaire. Toutefois, un tel investissement nécessite de trouver le financement adéquat, notamment un prêt immobilier.

Conseils pour obtenir un prêt immobilier dans le neuf

Investir dans le neuf implique de bien négocier son crédit immobilier. Généralement, les banques privilégient les bons profils emprunteur. Ceux dont la situation bancaire représente le moindre risque pour le remboursement du crédit sont privilégiés. Les établissements de financement accordent ainsi plus facilement des crédits aux emprunteurs qui affichent un taux d’endettement de moins de 33 %, disposants d’un reste à vivre conséquent après déduction des mensualités.

D’autre part, pour augmenter ses chances d’obtenir un prêt immobilier, il est important de constituer un bon dossier de demande de prêt. Cela signifie notamment que l’emprunteur qui dispose d’un compte bancaire bien géré, sans découvert ni incident de paiement, augmente ses chances de contracter son crédit immobilier. Les banques privilégient également les emprunteurs qui n’ont aucun prêt en cours. Pour obtenir un crédit immobilier, il est également décisif de disposer d’un apport personnel d’au moins 10 % du coût de l’investissement. Auprès de certaines banques, plus l’apport personnel est en effet important, moins le taux d’intérêt sera élevé.

Trouver la bonne solution de prêt n’est pas une chose qui se fait à la va-vite. Il est en effet important de prendre le temps d’analyser l’ensemble des offres proposées par les banques avant de sélectionner la plus intéressante. Pour cela, il est possible de faire appel à un courtier crédit immobilier  pour trouver la meilleure offre de prêt.

Quelles étapes suivre pour investir dans le neuf avec un crédit immobilier ?

Avant d’investir dans le neuf, il est important de planifier soigneusement les actions à entreprendre pour l’acquisition de son bien immobilier.

L’évaluation du montant à investir reste ainsi une première étape incontournable. Le coût d’un investissement dans le neuf est d’autant plus facile à évaluer par rapport à un bien ancien, qui requiert souvent des coûts supplémentaires à prévoir pour les éventuels travaux de rénovation. Il est alors indiqué de s’approcher d’un promoteur immobilier pour choisir le bien neuf à acquérir. Ce professionnel informe les investisseurs sur les programmes en cours de construction, que ce soit des lotissements ou des appartements.

Lorsque le bien immobilier à acquérir est sélectionné, l’investisseur et le promoteur immobilier passent à la signature du contrat de réservation. Cette convention résume tout ce qui concerne le bien choisi et la future transaction : description de l’habitation, prix de vente, délai d’exécution de la construction, date probable de la signature du contrat de vente définitif, etc. Cette étape donne lieu au paiement d’une avance de 5 % sur le prix du logement.

Le montage financier est l’étape qui suit. L’acquéreur souscrit à un crédit immobilier de son choix pour réunir le montant du logement neuf. La signature de l’acte de vente notarié survient généralement entre 4 et 6 mois après celle du contrat de réservation. Lors de la réception de ses clés, l’investisseur doit toujours faire une inspection minutieuse de son bien immobilier, en veillant notamment à remarquer s’il est conforme ou non au contrat précédemment signé.