Archive mensuelle juin 2017

ParMarie Molandre

Se protéger avec l’assurance crédit immobilier April

Depuis la mise en place de la loi Lagarde et la possibilité de procéder à la délégation d’assurance, vous pouvez choisir votre assurance de prêt librement. Le contrat d’assurance emprunteur April est particulièrement intéressant tant au niveau des garanties offertes que du coût.

Les plus de l’assurance crédit immobilier April

Grâce au contrat d’assurance de prêt April, vous pourrez économiser jusqu’à 10 000 euros par rapport à l’offre de la banque. L’adhésion est simple et peut s’effectuer entièrement en ligne ce qui la rend également plus rapide. En effet, votre demande est prise en charge par un conseiller dédié, sous 24 heures.

Avec la compagnie d’assurance April, vous bénéficiez d’un accompagnement personnalisé par téléphone pour le recueil de votre état de santé. 93 % des personnes ayant souscrit au contrat d’assurance crédit immobilier April se disent satisfaites. Cet acteur, présent sur le marché depuis 1988 séduit toujours autant les emprunteurs, malgré l’ouverture du secteur à la concurrence.

Demandez un devis sur http://www.ascourtage.fr/

Comparez votre assurance crédit immobilier April

Le simulateur d’assurance de prêt en ligne vous permet de connaître en détails le coût de cette couverture. Il s’agit d’un outil gratuit et simple d’utilisation aujourd’hui indispensable pour économiser. Il est également conseillé de faire plusieurs demandes de devis pour faire jouer la concurrence et choisir la meilleure offre du marché.

Recourir à un courtier en assurance emprunteur peut vous faire réaliser d’importantes économies. En effet, ce professionnel entretient des relations privilégiées avec ces partenaires dont April. Il peut ainsi vous faire profiter de conditions avantageuses pour que vous puissiez concrétiser votre projet immobilier en toute sérénité. Plus qu’un simple intermédiaire, le courtier répond à toutes vos questions en matière d’assurance de prêt immobilier.

Vous pouvez aussi visionner cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=L76Sm3RqxgM

ParMarie Molandre

Les 7 grandes problématiques du logement

Le logement va mal. Qui pense le contraire aujourd’hui ? Très bien, sauf quil ne semble pas que cela change quoi que ce soit, non ? Toutes sortes de propositions intéressantes ont déjà été faites pour aider à soigner le mal. Beaucoup de bruit pour rien. Car au-delà des mots et des analyses, il manque toujours le principal : des moyens !

Problème budgétaire donc. Oui, mais si nous n’allouons pas assez de fonds au logement c’est bien que nous ne sommes pas convaincus de la nécessité de le faire, n’est-ce pas ? Après tout, s’il existait un consensus bien établi sur la question, nos politiques et gouvernants s’empresseraient d’y répondre favorablement j’espère. N’y a-t-il pas un peu d’hypocrisie collective là-dessous ? A voir !

Le site www.locamarseille.com met à votre disposition tout son savoir-faire pour vous guider à faire le bon choix.

Qu’est-ce qui fait que l’accord général sur le mal ne se traduit pas par des moyens correctement dimensionnés ?

Présentons mieux le malade pour comprendre l’étendue de son mal :

  • Les sans abrine cessent d’augmenter
  • De nombreuses personnes vivent dans des appartements trop petits, et payent trop cher leur loyer ou leur crédit immobilier.
  • L’accession à la propriété, aspiration largement répandue, est encore impossible pour une large partie de la population, y compris au sein des classes moyennes.
  • La mixité sociale, source de cohésion de notre société, se heurte trop souvent à nos contradictions.
  • Le nombre des habitations insalubres présentant un danger certain pour leurs habitants (amiante, plomb, incendie, chutes) est encore trop élevé.
  • Sur un autre plan, plus long, nos modes de vie évoluent, les couples se séparent, les familles se recomposent, ce qui modifie sensiblement les besoins en nombre et en types de logements.
  • Enfin, il faudra bien loger dignement nos parents vieillissants et leur apporter l’accompagnement affectif et médical dont ils ont besoin.

Toutes ces priorités nous interpellent en même temps, et appellent des réponses spécifiques qui ne se recoupent pas nécessairement. Autant de moyens à allouer. Mais les fonds manquent, évidemment. Et il y a tant d’autres priorités à gérer : chômage, santé, éducation, sécurité…

Difficile de choisir. Pourtant il y a forcément des cas plus simples à trancher que d’autres…